Et si on se parlait ? Agrandir l'image

Et si on se parlait ?

Sophie Lebrun

Neuf

Date de parution : mai 2021

Plus de détails


Editeur : Médiaspaul

ISBN : 9782712215699

14,22 €

En savoir plus

Le mot de l'éditeur :

Et si on se parlait ? Abus sexuels dans l'Église

Des victimes, un évêque, un psy, une sociologue échangent librement

Ce livre est né du constat que la parole n’était pas vraiment donnée aux victimes. Quelques témoignages en huis-clos à la Conférence des évêques, au Vatican. On apprend que c’était touchant, émouvant, qu’on a pleuré… Mais à propos de quoi, au fait ? Rien ne transparaît vraiment. On comprend que c’est inadmissible, que l’on va faire quelque chose. Mais où est passée la parole des victimes dans l’institution ? Puis, alors que de nouvelles révélations en cascade font voler en éclat les certitudes et repères, chacun en vient à s'exprimer de son côté. Les évêques d'un côté, les psychiatres de l'autre, les victimes au milieu et les sociologues en surplomb. On pleure avec les victimes, on s'indigne de la lenteur de l'institution Église, on se tourne vers les experts uniquement pour valider les théories qu'on aurait déjà adoptées.
Ce livre fait le pari de confronter des points de vue et des expertises différents, sans fard ni concession, en invitant chacun à présenter jusqu’au bout la cohérence de sa position. Se sont donc rencontrés trois victimes d’abus sexuels dans l’Église (deux hommes et une femme), un évêque, Mgr Ravel, suggéré par les victimes elles-mêmes parce qu’elles ont apprécié l’empathie et la bienveillance qu’il leur témoignait lorsqu’ont éclaté publiquement les scandales d’abus sexuels. Sont également présents un psychiatre spécialiste de l’accompagnement des personnes concernées par des traumatismes sexuels, qu’elles soient victimes ou auteurs des actes incriminés ; le docteur XX, et une sociologue spécialiste des violences institutionnelles ou faites en organisation, Mme XX.. dont la participation permet d’éclairer en quoi certains dysfonctionnements se retrouvent dans d’autres organisations caritatives ou humanitaires et en quoi d’autres seraient spécifiques à l’Église catholique. Le petit groupe s’est rassemblé sous la coordination et l’animation de Sophie Lebrun, journaliste à La Vie.
Commence alors un parcours où quasiment tout peut se dire, parfois avec pudeur, parfois avec colère. Tous les thèmes importants qui tournent autour de la question des abus sexuels peuvent être abordés et ils ne concernent pas seulement la situation personnelle des auteurs ou des victimes. Cela touche la culture de l’abus dans son ensemble, la violence institutionnelle, le fonctionnement de l’Église, les questions autour du silence et de la réparation. Avec, au fond, un seul objectif partagé par tous les protagonistes de cet ouvrage : comprendre comment cela a pu être rendu possible pour éviter, autant que faire se peut, que cela puisse se reproduire.

POINTS FORTS

- Une rencontre sans tabou, ou presque, entre des victimes et un évêque.
- Des paroles fortes, et partagées, sur des thèmes jusqu’ici traités séparément, car jamais abordés ensemble.
- Une confrontation saine et stimulante pour prendre en compte les différents points de vue.

PUBLIC CIBLE

- Toute personne cherchant à comprendre comment peut se mettre en place une culture de l’abus dans les organisations humaines et quels dommages elles provoquent chez les victimes.
- Toute personne cherchant comprendre plus spécifiquement comment des abus sexuels peuvent avoir lieu au sein de l’institution ecclésiale et les ravages provoqués sur les victimes.
- Les personnes cherchant à comprendre le fonctionnement interne de l’institution ecclésiale et souhaitant l’améliorer.

Sophie Lebrun est journaliste au magazine La Vie et suit depuis plusieurs années le sujet des abus sexuels dans l’Église. Elle a publié en 2019, Omerta : la pédophilie dans l’Église de France, aux éditions Tallandier.

Caractéristiques : 13 x 20 cm, 144 pages, 182 gr, mai 2021.

30 autres produits dans la même catégorie :