La cabale du Livre de l’image et d’Abraham Aboulafia Agrandir l'image

La cabale du Livre de l’image et d’Abraham Aboulafia

Gershom Scholem

Neuf

Date de parution : novembre 2019

Plus de détails


Editeur : Editions de l'éclat

ISBN : 9782841624577

30,33 €

En savoir plus

Le mot de l'éditeur :

La cabale du Livre de l’image et d’Abraham Aboulafia est un cours professé par Gershom Scholem en 1964-1965 à l’Université hébraïque de Jérusalem, qui a circulé sous la forme rédigée d’un polycopié en hébreu, mais n’a jamais été publié. Il s’agit donc de la première édition d’un inédit substantiel de l’un des plus importants savants dans le domaine de la pensée mystique juive. Le cours s’intéresse à deux courants de la cabale au XIIIe siècle, qui eurent un développement parallèle à l’écriture du Zohar, lequel a fini par représenter un canon dans ce qui pouvait être déjà considéré comme les « marges » d’une pensée dominante, incarnée par la littérature rabbinique. Consacré aux cycles cosmiques, Le Livre de l’image offre un tableau vertigineux des périodes de révolutions cosmiques de l’univers, dépassant les limites du monde dans lequel nous vivons. S’affranchissant avec audace de la notion même de temporalité, le Sefer haTemunah avance l’idée d’une multiplicité d’actes de Création, tous régis par les lettres de l’alphabet et par les sefirot qui en déterminent la teneur, selon qu’ils relèvent de la Rigueur (Din) ou des Tendresses (Rahamim). Abraham Aboulafia (1240-1292 ?), quant à lui, développera une cabale dite « prophétique », qui proposait alors une synthèse dialectique entre rationalisme et mystique, que la logique occidentale, et juive à sa suite, jugeait inconciliables. C’est donc aux « marges de la marge » que va s’intéresser Gershom Scholem, parce que c’est là, justement, qu’avait pu s’épanouir une pensée dialectique entre la rationalité juive, incarnée par Maïmonide, et une spiritualité fondée sur une théorie du langage et du corps extrêmement complexe, dont Abraham Aboulafia sera la figure la plus extraordinaire.

Gershom Scholem (1897-1982) est sans conteste l’une des figures les plus complexes du judaïsme du XXe siècle. Il rompt avec l’Europe en 1923 et émigre en Palestine, où il demeurera jusqu’à la fin de sa vie. La plus grande partie de son œuvre historique est traduite en française. Ont paru aux Editions de l’éclat ses écrits politiques sous le titre Le Prix d’Israël, ainsi que sa correspondance avec Leo Strauss (Philosophie et cabale) et celle avec son ami Walter Benjamin (Théologie et utopie). On retrouve également plusieurs de ses textes en postface ou préface d’autres ouvrages et David Biale lui a consacré une biographie intellectuelle, également traduite à l’éclat. Voir aussi Biale, Bialik, Wiener, Wirzsubski

En couverture : Fusain de Liliane Mosès-Klapisch représentant la table de travail de Gershom Scholem quelques jours après sa disparition (1982).

Préface de Saverio Campanini

Caractéristiques : 15 x 22 x 3 cm, 352 pages, 532 gr, novembre 2019.

30 autres produits dans la même catégorie :